top of page

La démission silencieuse alias le « Quiet quitting » : vérité ou conséquence ?

Dernière mise à jour : 7 déc. 2022

La démission silencieuse est un phénomène de plus en plus courant en milieu de travail. Elle se caractérise par le fait qu'un employé réduit lentement sa performance - toujours en effectuant un rendement minimalement acceptable - jusqu'à ce qu'il finisse par quitter son emploi sans faire de vague. Comment peut-on le détecter en entreprise et comment une organisation peut-elle prendre des mesures pour être moins affectée par les employés qui quittent leur emploi sans faire de bruit?


De tendance à phénomène


La démission silencieuse est devenue un phénomène plus courant sur le lieu de travail ces dernières années. Selon une étude de Gallup[1], plus de 50% des travailleurs américains peuvent être considérés comme des « Quiet quitters ». Un nombre relativement élevé pouvant en surprendre plus d'un!


Or comme c'est un phénomène relativement nouveau, il n'existe pas encore beaucoup de données à son sujet. Toutefois, certaines études ont été réalisées. Une étude réalisée par le Work Institute aux États-Unis a révélé que 43 % des salariés avaient quitté leur emploi d'une manière autre que le départ "en face à face". Il peut s'agir d'un départ sans préavis, d'une retraite anticipée ou d'un départ pour un autre emploi. L'étude a également révélé que 71 % des employés qui ont quitté leur emploi l'ont fait sans préavis.


Ces statistiques suggèrent que la démission silencieuse devient un moyen de plus en plus courant pour les employés désirant quitter leur emploi. En fait, il est devenu si courant que de nombreux employeurs commencent à le considérer comme une menace sérieuse pour leur organisation. Cette situation est potentiellement une conséquence d’une gestion peu à l’écoute de sa force de travail, ferme et ancrée dans les façons de faire du passé.


Comment détecter la démission silencieuse?


Les signes de démission silencieuse varient d'une personne à une autre et peuvent être difficiles à détecter. Cependant, il existe des signes avant-coureurs à surveiller. Voici quelques-uns de ces signes les plus fréquents :


1. Diminution de la performance : l'un des signes les plus évidents qu'un employé est en train de quitter discrètement son emploi est qu'il commence à réduire son niveau de performance. Cela peut se manifester par le fait qu'il prend plus de temps pour accomplir ses tâches, qu'il fait plus d'erreurs ou qu'il ne fait tout simplement plus autant d'efforts qu'avant.


2. Augmentation de l’absentéisme : un employé qui quitte discrètement son emploi peut commencer à prendre plus de jours de maladie ou de vacances. Il peut s'agir d'une façon de réduire lentement son implication dans le travail jusqu'à ce qu'il finisse par partir.


3. Changement d'attitude : si un employé commence à manifester une attitude négative à l'égard de son travail, de ses collègues ou de son patron, cela peut être un signe qu'il envisage de démissionner. De même, si un employé devient soudainement très calme et renfermé, cela peut aussi être un signe qu'il envisage de partir.


4. Refuser des opportunités : si un employé commence à refuser des opportunités d'avancement ou de développement au sein de l'organisation, cela peut être un signe qu'il ne s'investit plus dans son travail.



Plusieurs solutions peuvent être prises


Il y a plusieurs choses que les organisations peuvent faire pour minimiser l'impact du « Quiet quitting » sur leurs opérations.


1. Promouvoir un environnement de travail positif : un environnement de travail positif peut contribuer à réduire la probabilité que les employés démissionnent silencieusement. Il s'agit notamment d'offrir aux employés un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée, de proposer des possibilités de formation et de développement, et de promouvoir une culture de respect et d'appréciation.


2. Encouragez la communication : l'un des meilleurs moyens de détecter les démissions silencieuses est d'encourager la communication entre les employés et les gestionnaires. Il s'agit notamment d'établir des canaux de communication clairs et d'encourager les employés à s'exprimer s'ils sont mécontents ou se sentent dépassés.


3. Fournissez un retour d'information : les employés qui quittent discrètement leur emploi le font souvent parce qu'ils ont l'impression que leurs préoccupations ne sont pas entendues. Un retour d'information régulier peut aider à faire en sorte que les employés se sentent écoutés et valorisés, et peut contribuer à diminuer leur volonté de quitter discrètement leur emploi.


4. Soyez compréhensif : il est important d'être compréhensif et de soutenir l'employé qui décide de quitter son emploi discrètement. Il peut le faire pour des raisons valables, comme le désir d'un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée ou le fait de se sentir dépassé par son rôle actuel. Essayez de rester respectueux et compréhensif pendant cette période, et offrez-lui tout le soutien que vous pouvez lui apporter.


Ces efforts vont avoir un impact direct sur un.e « Quiet Quitter » mais également sur tous les employés. Être plus humain, plus compréhensif et plus respectueux comme gestionnaire amènera les employés à s’ouvrir davantage, à mieux communiquer et à mieux s’épanouir comme personne. Cela se traduira par une plus grande compréhension des gestionnaires sur ce qui impacte directement les employés et du coup, permettra un meilleur alignement des plans, actions et stratégies de l’organisation avec des attentes, désirs et volontés des employés.


[1] Jim HARTER, « Is Quiet Quitting Real? », Gallup, https://www.gallup.com/workplace/398306/quiet-quitting-real.aspx.

Opmerkingen


bottom of page